Featured International

Assassinat de Khashoggi : Mohammed Ben Salmane ennemi de l’humanite ?

Le prince héritier de l’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane  sera-t-il traduit devant une cour de justice pour répondre de l’assassinat du journaliste saoudien, collaborateur au Washington Post, Jamal Khashoggi ? Face au refus du gouvernement Biden de prendre des sanctions, MBS ne pourra pas se soustraire à la justice, américaine aussi bien qu’européenne. En effet, le judiciaire, aux Etats Unis et en Allemagne, a été sollicitée afin que justice soit rendue envers Khashoggi et sa famille.

Critique du pouvoir saoudien après en avoir été proche, Jamal Khashoggi, résident aux États-Unis, a été assassiné le 2 octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando d’agents venus d’Arabie saoudite. Son corps, démembré, n’a jamais été retrouvé.

Le rapport de l’Office nationale des renseignements des Etats Unis, partiellement rendue publique en février dernier confirme ce que tout le monde savait : MBS avait commandité la capture ou l’assassinat de Khashoggi.

L’initiative de l’ONG Reporters sans Frontières de déposer une plainte en Allemagne visant Mohammed ben Salmane pour crimes contre l’humanité mérite d’être soulignée. Cette plainte vise notamment le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, dénonçant sa « responsabilité » dans l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et l’emprisonnement d’une trentaine de ses confrères.

Déposée le 1er mars « auprès du procureur général de la Cour fédérale de justice de Karlsruhe » en raison de sa compétence « sur les principaux crimes internationaux », la plainte « porte sur la persécution généralisée et systématique des journalistes en Arabie saoudite » et cible, outre le prince héritier, quatre autres hauts responsables saoudiens, a précisé RSF dans un communiqué.

Face à ce qu’elle qualifie de « crimes contre l’humanité », l’ONG estime que le système judiciaire allemand s’avère « le plus adapté » en vertu de la compétence universelle appliquée outre-Rhin, qui permet à un État de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves, quels que soient leur nationalité et l’endroit où ils ont été commis.

Le prince héritier saoudien, désigné vendredi 26 février, par les Etats-Unis, comme le commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul, fait désormais l’objet d’une plainte pour « crimes contre l’humanité », en lien avec ce dossier. La plainte, déposée, lundi 1er mars, est une première dans les annales de la justice internationale.

RSF se fie à la juridiction universelle  en Allemagne qui permet à une cour allemande de juger MBS pour crimes commis ailleurs. Les lois de la juridiction universelle qui prévalent en de nombreux pays européens et aux Etas Unis sous l’appellation Alien Tort Statute sont fondées sur la notion selon laquelle les responsables de crimes atroces, tels que le génocide, la torture ou le meurtre sont des « hostes humani generis : soit des ennemis de l’humanité. L’assassinat de Jamal Khashoggi par Ben Salmane tombe sous cette catégorie.

Affaire à suivre.

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn