Actualité

Jeux du hasard: Gare à la misère noire

Jeux du hasard

Gare à la misère noire, prévient la CAP

L’addiction aux jeux de hasard peut entrainer vers l’appauvrissement de la population, voire la misère noire. Tel est l’avertissement envoyé par la Consumer Advocacy Platform (CAP), dans le sillage de la pratique de deux tirages par semaines du loto.

L’offre élargi des paris, avec ‘la loterie blanc’, et le retour imminent des  cartes à gratter, pourrait  entrainer un appauvrissement de la population, en plus des problèmes sociaux et familiaux que cela engendrerait. Le plateforme pour le plaidoyer en faveur des consommateurs déplore l’hypocrisie des décideurs politiques, qui avaient annoncé en début de mandat, un contrôle strict sur les jeux du hasard et l’interdiction de la publicité autour de ceux-ci.

En dépit des engagements pris par le Gouvernement en 2015 à l’effet qu’aucun nouveau permis de jeux ne serait octroyé pour les paris, en trois ans, 75 permis ont été livrés, selon la CAP, pour les paris sur le football et les courses à l’étranger, avec 34 permis à SMS Pariaz. De plus, le gouvernement vient de permettre à Lottotech d’effectuer deux tirages par semaine ainsi que, selon certaines sources, de vendre des cartes à gratter. La CAP craint que l’online betting n’attire des mineurs.

Pour la Consumer Advocacy Platform, les jeux du hasard doivent être vus pour ce qu’ils sont, soit un cancer qui ronge la société à petit feu. Le parieur qui perd une première fois, va rejouer croyant pouvoir récupérer sa perte. Il est ainsi entrainé dans un tourbillon qui le rend accroc au jeu.

Selon les sociologues, l’addiction entraine l’isolement, le mensonge, l’endettement, le vol, et même la prostitution. Selon une étude de Moriscopie, réalisée pour l’APEA, il y a quelques années, 55% des personnes endettées le sont à cause des jeux.

Les jeux du hasard ont un impact certain sur la famille. Selon le sociologue, Ibrahim Koodruth, toute discussion autour de l’argent, au sein de la famille, entraine une réaction violente de la part du parieur. Ce qui l’amène à mentir, surtout sur ses pertes aux jeux. Il s’éloigne, petit à petit, du cercle familial, ne pense plus qu’aux jeux. Il perd l’appétit, le sommeil, s’adonne aux tranquillisants. Les jeux du hasard peuvent entrainer la séparation du couple, le divorce et même la prostitution. Finalement, rien ne va plus : c’est la misère noire. Il faut savoir que le zougadère qui se noie entraine, selon les sociologues, dans sa chute sa famille, ses amis et la société.

Pour la CAP, la responsabilité des décideurs politiques est engagée dans cet état des choses.  Alors qu’en 2015, ils interdisaient la publicité sur les jeux, les cartes à gratter ainsi que les nouveaux permis, la réalité est toute autre. La CAP déplore que les publicités soient désormais déguisées en communiqués qui ne sont soumis à aucun contrôle.  L’organisation appelle à une action citoyenne en vue de contrôler le fléau que sont les jeux du hasard.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn